Bouleversant d’amour

suicide-lutetia

Je viens de lire cette nouvelle et je suis toute retournée. Le geste peut sembler horrible pour certains, pour moi je trouve ça bouleversant et d’une grande profondeur. Ces générations de couples, comme les grands parents de mon ex mari, qui s’aimaient à la vie à la mort et qui ne supportent pas la disparition, seront des cas rares lorsque nous arriverons nous aussi à cet âge. Le bonheur d’avoir traversé une vie ensemble, pour le bon et le moins bon, est un acte profond et émouvant d’amour quand il est bien fait, bien vécu, bien partagé.

Un couple d’octogénaire s’est donné la mort dans la nuit de jeudi à vendredi dans un grand hôtel parisien. Tous deux âgés de 86 ans, ils ont été retrouvés main dans la main, par un garçon d’étage.

Georgette et Bernard, tous deux âgés de 86 ans se sont donné la mort dans la nuit de jeudi à vendredi. Le couple d’octogénaires avait réservé une suite au Lutetia, un grand hôtel du VIème arrondissement de Paris.
C’est un garçon d’étage, venu leur apporter leur petit-déjeuner vendredi matin aux alentours de 9h30 qui les a découvert morts, dans une scène bouleversante. D’après Le Parisien, Georgette et Bernard étaient allongés sur le lit, main dans la main, des sacs plastiques sur le visage.

Les deux octogénaires avaient apparemment préparé leur suicide. Ils avaient demandé à ce que le petit-déjeuner leur soit amené dans leur suite, probablement afin que leurs corps soient découverts. Par ailleurs, selon le Parisien, lorsque la police s’est rendue sur les lieux, elle a découvert une suite parfaitement rangée ainsi que plusieurs lettres écrites par le couple et expliquant les raisons de leur geste.

D’après le Parisien, une des lettres retrouvées était adressée au Procureur de la République et demandait le droit de mourir dignement. Problèmes financiers, maladies, les hypothèses pour expliquer leur geste ne manquent pas. Mais d’après les révélations faites par leur fils au Parisien, ils avaient mûrement réfléchi à cette décision depuis « une dizaine d’années« . Selon ses dires, ses parents « craignaient la séparation et la dépendance bien plus que la mort« .

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s